Préambule

Isabelle Frémin vit et travaille à Roussillon-en-Morvan, au coeur du Parc Régional du Morvan, en Bourgogne.

 

Je m’inspire de la culture populaire et pioche dedans; je traite l’objet courant de consommation ayant souvent trait à la pause, aux vacances et plus largement aux loisirs, moment de liberté individuelle et collective. Je crée ainsi un lien entre la culture populaire et l’art contemporain. 

Mon regard se nourrit d’une observation sensible et réfléchie de notre environnement matériel et marchand. Je pose un regard curieux sur ces objets industriels familiers, dont les modes de fabrication et de fonctionnement restent souvent mystérieux pour le consommateur. Je m’imprègne du paysage publicitaire constitutif de leur « aura » marketing. 

Par ma démarche artistique, je questionne le contexte économique, social et culturel: société de consommation, modes de production, rapport au temps et aux objets qui en découlent.Pièce par pièce, je réinvente un monde matériel empreint du degré d’avancée technologique qui est le mien. Je confronte cette expérimentation artistique à la réalité de notre société contemporaine. 

Ces objets, packagings, notices et images promotionnelles hybrides et primaires constituent une palette à partir de laquelle je compose des installations que je confronte aux paysages. Des artistes de différentes disciplines peuvent également les expérimenter et ainsi les faire exister autrement. 

J’utilise essentiellement le bois, matière familière, vivante donc unique, à laquelle la notion de temps est intrinsèquement liée. 

L’énergie déployée, les traces du geste et de l’outil, les choix et non choix y sont inscrits à l’état de souvenir d’une action passée. Le public se trouve alors confronté à l’objet, immobile et silencieux, porteur de ce corps à corps physique et sonore. Je partage parfois ce temps de réalisation avec lui. L’oeuvre ainsi pensée de manière participative se trouve porteuse de la « patte » de chacun et de la diversité des échanges qu’elle a suscité. Sa perception et son usage de l’art contemporain en est modifiée.